21-09-2018

Le gouvernement ment aux Français, l'énergie éolienne pollue et nous coûte trop cher!
Il n’est plus possible de voir la France défigurée de la sorte par des éoliennes coûteuses qui aggravent nos problèmes écologiques sans offrir la moindre solution!
En diffusant sur Envoyé spécial un reportage intitulé : "Éoliennes: le vent de la révolte", France 2 a dévoilé au grand jour l'exaspération généralisée des Français face à la politique agressive et coûteuse du gouvernement en matière d'installation d'éoliennes.

 

 

 

06-07-2018

FORÊT DE LANOUEE : L' AMPLEUR DU SCANDALE

Reportage à ne pas manquer sur le scandale de la forêt de Lanouée réalisé par les journalistes du Mensuel du Morbihan qui ont su prendre de la hauteur.

 

Le Mensuel du Morbihan / Forêt de Lanouée / L'ampleur du scandale

 

Résumé en vidéo


03-07-2018

Le bloc Est des Montagnes Noires attaqué par l’éolien dans le Morbihan.

Dans le bloc Est des montagnes Noires, sur la Calotte Saint-Joseph, point culminant du Morbihan à 292 mètres d’altitude, la vue s’étend à 360° sur les boisements et les landes des trois départements (29; 56 et 22).
C’est un site naturel remarquable qui fait l’objet de nombreuses protections : espaces naturels sensibles,
zones naturelles d’intérêt faunistique et floristique (ZNIEFF), réserve naturelle régionale, sites Natura 2000 avec plus d’une centaine de monuments ou sites classés ou inscrits dans un rayon de 20 km.

Et pourtant...

Lire l'article SPPEF (Société pour la Protection des Paysages et de l'Esthétique de la France)

 

 

26-06-2018

La Bretagne définitivement  libérée du Schéma régional éolien (SRE).

Après une pantalonnade d'enquête publique, ce plan avait rendu éligible à l’installation de parcs éoliens terrestres 97 % du territoire breton au mépris des paysages et des vies humaines. Une folie.

Une vingtaine d’associations et quinze particuliers, emmenés par Vents de Folie et la société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France (SPPEF), s’étaient unies pour le faire tomber et avaient obtenu satisfaction devant le tribunal administratif de Rennes puis, en avril 2017, devant la cour administrative d’appel de Nantes.
Cette fois, c'est le Conseil d’État qui rejette le pourvoi formé par le ministère de la Transition écologique et solidaire.
Ainsi, c'en est fini de ce schéma nuisible pour la Bretagne, symbole de l'idéologie aveugle de l'état.

Article Le Télégramme

Communiqué de presse des requérants

 

20-06-2018

« Stop aux nouvelles éoliennes ! », le cri d’alarme de dix députés.

L’implantation de nouvelles éoliennes aux quatre coins de France se heurte à l’hostilité massive des habitants, s’inquiètent les parlementaires signataires, qui appartiennent tant à la majorité qu’à l’opposition.

 

29-05-2018

Saturation d'éoliennes autour de Pontivy ...qui en redemande.

 

De Séglien à Radenac, de Guern à Gueltas : paysages, patrimoines et habitants en passe d'être (encore) livrés aux promoteurs de l'éolien.

Il y a actuellement 52 éoliennes sur le territoire de la communauté de communes de Pontivy.
Après une pause ces dernières années, c'est dans une intolérable négation des paysages que de nouveaux projets sont à l'étude avec l'approbation de certains élus .

 

 

24-05-2018

Le Schéma Régional Éolien Breton devant le Conseil d’état.

Ce jeudi, le ministère de la Transition écologique et solidaire a tenté devant le conseil d’État de faire valider le Schéma régional éolien (SRE) de Bretagne. Sans convaincre.

Article Le Télégramme

 

 

23-05-2018

Éoliennes : l'honneur perdu des commissaires enquêteurs !
C’est une affaire grave, très grave, qui vient de se dérouler en particulier à Noirmoutier et qui jette un véritable discrédit sur l’ensemble de la fonction de commissaire enquêteur en France et en particulier dans le domaine de l'éolien terrestre et maritime.

 

Un scandale incroyable qui apporte la preuve confondante d’un manque total de neutralité et d’impartialité de la part des commissaires enquêteurs dans l’exercice de leurs fonctions, en particulier dans le domaine éolien.

Article Économie Matin

 

 

18-05-2018

La cour des comptes dénonce l'inefficacité des énergies intermittentes et leur coût exorbitant.

En 2013 déjà, la Cour des comptes fustigeait le caractère « difficilement atteignable » des objectifs de la France en matière d'implantation d'éoliennes, panneaux solaires et autres dispositifs de production d'énergie verte, ainsi que le « montant très élevé des engagements financiers consentis par l'État ». Plutôt inquiets, les magistrats allaient jusqu'à mettre en garde contre des « risques budgétaires » dans les années à venir.
Cinq ans après, en mars 2018, le constat est le même et les magistrats, qui ont sans doute la désagréable impression de ne pas avoir été écoutés, n'y vont pas par quatre chemins. Dans un rapport publié mercredi 18 avril, ils fustigent une politique qui reste incohérente, inefficace et extrêmement coûteuse.
Article Le Point

 

12-04-2018

Réalité scientifique VS utopie en politique

Le débat public préalable à la révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) se tient jusqu’au mois de juin 2018. Cette PPE est un élément déterminant pour la politique énergétique française, dont les effets se feront sentir pendant plusieurs décennies. l'intermittence de production des principales énergies renouvelables que sont l'éolien et le photovoltaïque entraîne des effets pervers sur les moyens chargés d'en prendre le relai qui leur interdit d'obtenir les résultats promis sur la réduction des émissions.
De nombreux paramètres doivent être pris en compte pour expliquer notamment leur stricte inefficacité
en France où l'accélération de leur développement s'est accompagné de 3 années consécutives de hausse des émissions.

Article Le Mondedelenergie.com

 

 

06-04-2018

MOREAC (56)

Un "NON" définitif aux projet éoliens.La salle du conseil de Moréac était trop petite, vendredi 6 avril 2018, pour accueillir les riverains qui
s’opposent aux installations éoliennes, construites ou en projet, et les représentants d’associations qui
contestent le développement de l’éolien en Centre-Bretagne. Ils s’étaient déplacés en force pour connaître la position des élus sur des projets qui les inquiètent depuis plusieurs mois.
« L’association Vent de panique 56, qui nous représente, a demandé au maire et aux élus de refuser définitivement tout nouveau projet dans la commune ». Les conseillers ont été invités à voter.

Une large majorité de NON l’a emporté (17 contre, 6 pour, 1 abstention).

 

 

21-03-2018

Liberté politique
Éolien offshore : le Sénat plombe les Français de 40 milliards d’euros

L’amendement du  gouvernement visant à corriger les subventions publiques accordées aux  premiers parcs éoliens offshore vient d’être refusé par la  haute assemblée emmenée par une poignée de sénateurs de l’opposition  inféodés au lobby éolien dont le président du groupe Républicain Bruneau Retailleau.

 

04-03-2018

Valeurs Actuelles / Éditorial.
L'insoutenable légèreté de l'air

En simplifiant encore un peu plus la tâche des promoteurs de l’éolien, le gouvernement poursuit un choix plus idéologique que rationnel.L'état qui veut aller très vite avec ce texte antidémocratique, vous autorise à  consulter le projet de décret et faire part de vos observations, en cliquant sur le lien "déposer votre commentaire" en bas de page, du 16 février 2018 au 08 mars 2018 seulement.

 

Lettre ouverte de la Fédération Environnement Durable à M. le Président de la République Emmanuel MACRON

 

Coup d'arrêt à la destruction de la forêt de Lanouée.

Le 11 mai 2017 :

Le Juge des référés du Tribunal Administratif de RENNES ordonne :
-  la suspension de l’arrêté n° PC 056 059 13 J0002 du 27 février 2014 par lequel le préfet du Morbihan a accordé un permis de construire à la SAS Les Moulins de Lohan en vue de l’édification de 16 éoliennes et d’un poste de livraison sur un terrain situé sur le territoire de la commune des Forges jusqu’à ce que le tribunal se soit prononcé sur les conclusions tendant à son annulation.
-  la condamnation de l’État à verser aux requérants une somme globale de 1 500.00 euros au titre de l’article L. 761-1 du code de justice administrative.

 

La Sté Les Moulins du Lohan, filiale du groupe BORALEX en engageant dans la forêt de Lanouée des travaux destructeurs et des dépenses pharaoniques sans attendre les décisions de justice relatives à son projet, a au mieux commis une faute incompréhensible, au pire joué à la roulette russe.

L'industriel porte aujourd'hui l'entière responsabilité des conséquences des ses initiatives hasardeuses.

Le même tribunal se prononcera sur le fond de ce dossier dans les mois prochains et nous l'espérons, ordonnera  l'annulation des divers arrêtés et dérogations qui ne sont rien d'autres que des passages en force.

Sur place dans la forêt de Lanouée, les travaux qui n'auraient jamais dû commencer avant les décisions de justice, ont causé des destructions catastrophiques de l'écosystème en surface et en profondeur.

article Ouest France

article le Télégramme

article SPPEF

Pour rappel : le Tribunal administratif de Rennes a déjà annulé un parc éolien dont la construction était totalement achevée.

 

 

 

Réunion le 24 janvier
Aujourd’hui, le dialogue reprend entre la commune et l’entreprise. Une réunion est fixée au 24 janvier, cela ouvre la voie à une étude « pour étudier l’ensemble des possibilités sur le territoire », a précisé le maire.
Ce dernier a déjà prévenu ses conseillers : « Partout où il y a des projets, il y a des oppositions… »

Télécharger
Parcs éoliens. Tension au nord du Morbihan Le Télégramme le 02 février 2017 (Emmanuel Nen )
Eolien 56 Le Telegr 02-02-17.pdf
Document Adobe Acrobat 482.4 KB

Annulation par la cour administrative d'appel de Nantes du Schéma régional éolien (SRE) de Bretagne.

18 Avril 2017

Le Schéma Régional Eolien de Bretagne est le premier schéma régional éolien annulé en France sur un moyen tiré de l’erreur de droit.

Dorénavant, il n'y a plus aucun document d'encadrement de l'éolien en Bretagne et les promoteurs éoliens seront tenus de produire des études sérieuses du potentiel venteux avant d'envisager le moindre projet.

Avec un facteur de charge éolien pathétique (18.4% en 2016) en Bretagne, le bon sens est maintenant d'envisager l'arrêt immédiat de ce fiasco lié au développement de ces installations improductives, ruineuses et nocives pour la santé et l'environnement.

LES MOULINS DE LA HONTE ET LES MENSONGES DE PINOCCHIO

7 Décembre 2016

L’industriel en possession de permis de construire qui encourent l'annulation, engage malgré tout les travaux de construction de ses « machines à sous » dans la forêt de Lanouée. Parallèlement, il se livre à  une campagne médiatique à l’attention des habitants de la région.

Comment enfumer et faire avaler des couleuvres aux gens de la région concernés par les impacts de son projet.

 

"Nous allons pouvoir utiliser le gisement au-dessus de la canopée"

Mais quel gisement ? celui du vent ? L'un des plus faibles du Morbihan comme le montre la carte du potentiel éolien en Morbihan. Cette anomalie du dossier, pour ne pas dire cette aberration, est sidérante et devrait en interpeler plus d'un.

Visualisez la carte Bretagne du potentiel éolien à 100 mètres  ...et svp, zoomez sur la forêt de Lanouée !

 

« Le parc en construction couvrira la consommation électrique annuelle de la ville de Vannes ou encore du grand pays de Ploërmel»

MENSONGE !

La consommation globale pour 2015 des installations publiques de Vannes est de 10900 Mw/h + 5300 Mw/h pour assurer l’éclairage des espaces extérieurs soit un total annuel de 16200 Mw/h (correspondant à 1.849Mw) Chiffres de 2015 communiqués par la mairie de Vannes.

 

La consommation en électricité par la population vannetaise, donnée par ERDF VANNES est de 162 832 MW/h à l’année (correspondant à 18.59MW à l’année).

 

La consommation annuelle globale pour Vannes (pubique + habitants) est de 1.849Mw + 18.59Mw = 20.439Mw

 

16 éoliennes de 3.2 Mw chacune totalisent une puissance installée annuelle de 51.2Mw. Avec un facteur de charge (très généreux) de 25%, ce parc produirait 12.8Mw à l’année (plus probablement 11Mw). Bien loin des 20.4Mw consommés annuellement par la ville de Vannes auxquels se réfère l'industriel.

 

Et « Pinocchio » vient claironner dans la presse (qui, au passage, ne fait aucun travail de vérification)  que son parc intermittent produira, chauffage compris, l’équivalent de la consommation électrique de la ville de Vannes (53000 habitants).

Quant au pays de Ploërmel Cœur de Bretagne avec ses 66700 habitants, la tromperie est encore plus grande.

 

Les lecteurs qui font confiance aux journalistes se voient désinformés et floués. Ce n'est pas normal.

 

Les moulins du Lohan affirment travailler au maximum avec les entreprises locales.

C'est FAUX au regard du montant global de ce projet, il devrait surtout affirmer qu'il travaille au maximum avec les entreprises hors de nos frontières. La fabrication (3 millions d'euros l'éolienne) et l'installation de ces machines (Dufour Belgique) profiteraient à une main d’œuvre étrangère.

 

10 hectares défrichés

La filiale de Ressources forestières, gestionnaire de la forêt, avait entamé la première phase de défrichement, visible depuis la route départementale 793, reliant Josselin à Mohon. Ces travaux n’ont pu être dirigés que quelques jours seulement, la période de nichage de certains oiseaux suspendant le chantier. « Voyez comme il existe un respect considérable des espèces protégées. »

 

Oui c’est ça, « Voyez comme il existe un respect considérable des espèces protégées. » Une insulte inadmissible à l’intelligence des gens de la région auxquels s’adresse cet article.

 

Des mesures compensatoires

 

Une mascarade !

 

Des prairies humides déjà existantes qualifiées de « restaurées » et des petits trous de 15m² asséchés  par le soleil qui seraient propices aux amphibiens …en remplacement de 4800m² de couloirs à amphibiens humides et ombragés détruits au bulldozer puis empierrés en profondeur.

 

De même, cet hiver, 1,75 hectare de forêt sera replanté au lieu-dit Plessis-Jeaulme en Mohon, (faux c’est sur Le Forges) et en hiver 2017-2018, ce sont 10,5 hectares qui seront reboisés à l’intérieur même de la forêt. « Il n’y aura donc aucune perte de surface forestière. » Frédéric Gosselin va même plus loin : « Au quantitatif, il faut ajouter l’aspect qualitatif. La zone qui a été défrichée étant essentiellement composée de résineux, nous reboiserons avec des feuillus de qualité qui permettront d’améliorer la biodiversité. »

 

Là encore, les 900 résineux abattus qui constituaient l’habitat de nombreuses espèces, étaient de grands résineux adultes auxquels il faut ajouter une grande quantité de feuillus adultes.

Ces arbres longeaient notamment 1,2km de couloirs à amphibiens et de secteurs classés sensibles.

 

12 hectares de plantations pour compenser 330 hectares éventrés de partout, très sévèrement impactés par la présence et le bruit de ce futur parc industriel, les collisions avec les pales, le barotraumatisme mortel pour les chauves souris, les flashs nocturnes, les infrasons, les courants vagabonds dans le sol...

Le compte n’y est pas du tout et les quelques arbres plantés sur des secteurs incomparables à ceux détruits, ne contribueront que de manière incertaine et non démontrée à «améliorer la biodiversité »  et ce, pas avant des décennies dans le meilleur des cas.

 

Disons-le clairement, ce projet ampute près de 9%  la forêt de Lanouée, une mutilation de plus de 300 hectares et en aucun cas de 12 hectares.

 

Mise en route début 2018

 

Côté travaux, où en sont les porteurs de projets ? « Nous réalisons l’ensemble des voies d’accès. » S’enchaîneront les travaux de fondation jusqu’en mars. « Leur redémarrage est fixé dans le courant de l’été 2017. » Puis s’imposera la phase de montage des 16 générateurs, jusqu’en fin d’année 2017.

 

A moins de connaitre à l'avance la décision du jugement, comment être aussi affirmatif puisque le risque d’annulation des autorisations par le tribunal administratif plane fortement sur ce projet ?

 

 

 

 

16 SEPTEMBRE 2016 : DREYFUS VEND LA FORÊT DE LANOUEE AVEC SON PROJET ÉOLIEN LITIGIEUX

16 Septembre 2016

La rumeur qui courait est rendue officielle par un communiqué de presse du groupe canadien BORALEX.

L'investisseur BORALEX qui surfe sur la vague de l'éolien annonce entre autre, l'acquisition d'un  projet  de  51MW  prêt  à  construire  en  Bretagne  en France (les «Moulins du Lohan»), dont la construction débutera dès cet automne et dont la mise en service est prévue pour le 2nd trimestre 2019.

Trop de retard et d'incertitudes ? Manque de visibilité ? Le groupe Dreyfus se débarrasse finalement de ses projets éoliens en France et en Écosse.

 

Nous apprenons dans le communiqué que Boralex prendra une décision au cours des prochains mois quant à la vente éventuelle des  terrains acquis. 
Si  une  telle  décision  devait  être  prise, Boralex conserverait à  son  avantage  l’ensemble  des  droits  fonciers  et  autres  pour  le développement futur de projets éoliens.

Est-ce un hasard ? : le groupe Dreyfus a précisément anticipé la déforestation d'importants secteurs situés à proximité des mats de mesures situés près du Plessis-Jaulme  et près du Pas aux Biches (secteur la Grande Réserve).

Avec la connivence de l'état et l'abandon des élus, plus que jamais, la forêt de Lanouée tombée entre les mains des pires affairistes, risque la ruine et le pillage pour laisser place à un cimetière industrielle et une friche de désolation.

 

 

Le Schéma Éolien Breton ANNULE par le Tribunal Administratif de Rennes.

ACTUALITES - 24 Octobre 2015

 

Vendredi 23 Octobre 2015 : la justice annule le schéma régional éolien breton.

 

Le schéma éolien de la région Bretagne, contesté par des associations environnementales, a été annulé le vendredi 23 Octobre 2015 pour une "erreur de droit" par le tribunal administratif de Rennes, comme le réclamait le rapporteur public, indique Maître Sébastien Collet, avocat des plaignants.

 

HALTE aux parcs éoliens à outrance partout en Bretagne.
Quelque 24 associations et fédérations avaient déposé, en mars 2013, un recours en annulation de ce schéma régional éolien (SRE), établi par l’état et la région Bretagne, et approuvé à l'automne 2012 par arrêté préfectoral.
Le document prévoyait l'implantation, d'ici à 2020, sur le territoire breton, de 2.500 éoliennes pour atteindre une production intermittente de 2.500 mégawatts en autorisant la construction d'éoliennes presque partout à l’exception des contraintes et servitudes techniques (aéroports, radars).
Les associations pointaient également des défaillances dans la consultation publique préalable à l'élaboration du schéma régional, arguant d'un manque de concertation avec les associations et d'une mauvaise information auprès des mairies concernées.  
[communiqué de presse des associations]


"Le préfet a commis une erreur de droit"
Les exceptions retenues "ne sauraient tenir lieu de critères suffisants pour identifier les parties du territoire régional favorables au développement de l'énergie éolienne", justifie le tribunal administratif.
"Le préfet a ainsi commis une erreur de droit dans l'application de l'article R222.2 du code de l'environnement", qui subordonne l'identification des zones favorables à l'éolien "à l'existence d'un potentiel éolien significatif", conclut le tribunal.

 

Le conseil régional (pro éolien) monte au créneau

Aussitôt l'annulation du SRE Bretagne confirmé, Mr D. Ramard, conseiller régional délégué à l'énergie, président de la commission environnement, co-président du groupe Bretagne écologie et ardent défenseur de l'éolien , tente de rassurer les porteurs de ces gabegies.

Il minimise l'affaire : « La seule conséquence de cette décision pourrait être l’obligation de réaliser un autre schéma éolien en annexe au Schéma régional climat air énergie »

 

La réalité risque pourtant d'être toute autre, désormais il n'est plus question de laisser faire n'importe quoi. Des populations, des forêts, des paysages et des sites devront être préservés de la multi-nocivité d'un programme éolien français des plus controversés.

 

 

ACTUALITES - 25 Septembre 2015

 

Recours contre le  SRE  breton : le rapporteur public demande l'annulation

Le rapporteur public s'est rangé du côté des opposants au schéma régional des éoliennes.
En mars 2013, 19 associations et une fédération bretonne de plus de 1000 adhérents, rejointes par 4 associations nationales avaient assigné le préfet de région au tribunal.


Le Shéma Régional Eolien (SRE) breton autorise la construction d'éoliennes presque partout à l’exception des contraintes et servitudes techniques (aéroports, radars).

SRE Breton : une pantalonnade de démocratie
En 2012, les débats auxquels participaient les associations concernées par les paysages et l'environnement qui s'étaient tenus à Rennes n’avaient obtenu aucune écoute, le Schéma Régional Éolien Breton était déjà fin prêt.
La consultation du public qui s 'est faite sur internet du 22 février au 22 mars 2012 (fallait-il encore le savoir) elle n'a pas même recueilli 10 avis sur le site de la région.
Quant à la consultation des communes qui s’est déroulée en juillet et août 2012 en pleine période de vacances estivales, elle n'a recueilli que 8.6% de réponses. Les services de l'état n'auraient tout de même pas prémédité ce calendrier pour éviter une levée de boucliers des élus ?
Résultat :  sur les 1260 communes bretonnes, seules 84 en sont exclues; un document entaché d’erreurs et permissif à outrance qui a conduit à la situation actuelle, un camouflet à la démocratie.

 

A lire : le dossier sur le site APB

 

ACTUALITES - 21 Mars 2015

La procédure engagée contre les arrêtés du préfet du Morbihan autorisant l’installation de 17 éoliennes géantes en forêt de Lanouée continue.
Le 3 mars 2015, des riverains de la forêt de LANOUEE  membres de Vent de Forêt et la SPPEF , Société pour la Protection des Paysages et de l’Esthétique de la France, se sont joints à l’association Bretagne Vivante pour attaquer la dérogation préfectorale pour destruction de 60 espèces protégées sur le site retenu pour l’implantation d’une centrale d’électricité éolienne, d’une puissance injectée bien inférieure aux 50 mégawatts annoncés par « les Moulins du Lohan ».

C’est ce référé suspension qui a été rejeté en première instance, et non l’autorisation de défrichement comme l’annonçait le journal OUEST FRANCE dans son édition locale du 6 mars 2015.
Vendredi 20 mars, les mêmes requérants ont introduit un pourvoi en cassation contre cette ordonnance.
Le combat contre le désastreux projet n'en est qu’à ses débuts.
Les autres procédures sur le fond contre les 3 permis de construire, l’autorisation d’exploiter, l’autorisation de défricher et la dérogation aux espèces protégées sont bien évidemment maintenues.
Il ne sera pas dit que la Bretagne accepte sans broncher un tel désastre écologique.

 

 

      ACTUALITES - 02 Mars 2015

Le 2 mars 2015, dans un contexte d'effervescence autour des travaux de défrichement contestés en forêt de Lanouée, sur l'antenne de France Bleu Armorique, était diffusé une pantalonnade radiophonique associant la radio de l'état et le conseil régional portant sur la question "Pour ou Contre les éoliennes ?"

Dominique RAMARD, conseiller régional délégué à l'énergie, président de la commission environnement, co-président du groupe Bretagne écologie dans le rôle de "l'invité" interviendra largement tout au long de l'émission pour promouvoir l'éolien allant jusqu'à déclarer "qu'un foisonnement d'éoliennes en Bretagne assurerait un minimum de production au niveau breton" ...rien que ça !

L'animateur, qui à l'évidence connait bien mal le sujet, ne manque pas de souligner "l’intérêt écologique que personne ne conteste aujourd'hui"  ...voir ici
N'eut-il pas été pertinent, dans une démarche journalistique sérieuse et déontologique , également d'inviter un représentant d'associations de défense des riverains ou de la nature s'agissant notamment de la forêt de Lanouée  pour répondre en direct à Mr Ramard, un ayatollah de l'éolien ?

Ce qui est dénoncé ici n'est pas tant le fond de l'émission, mais sa forme avec des ficelles ...un peu grosses.

France Bleu Armorique, à bon entendeur...
REECOUTEZ L'EMISSION

         ACTUALITES - 1er Mai 2014

      Communiqué de presse

Des recours contre le projet éolien en forêt de Lanouée ont été déposés, lundi 28 avril 2014, par des

riverains membres de l'association Vent de Forêt et par la SPPEF, Société pour la Protection des paysages et de l'Esthétique de la France, association nationale reconnue d'utilité publique et agréée pour la protection de l'environnement.

 

Les requérants demandent au tribunal administratif de Rennes l'annulation :

- des 3 arrêtés préfectoraux accordant des permis de construire au nom de l'Etat à la société Les Moulins de Lohan pour édifier 16 ou 17 éoliennes et un poste de livraison à La Forêt de Lanouée, commune des Forges 56120

- de la décision préfectorale relative à une demande de défricher présentée par le Groupe Forestier des Bois de l'Avenir autorisant le défrichement de 11 ha.

Le 1er août 2013, le Service territorial de l'Architecture et du Patrimoine du Morbihan (STAP 56) émettait un avis défavorable et le motivait en ces termes : « ce projet qui prévoit la mise en place de 17 éoliennes de 180 mètres de haut dans la forêt de Lanouée, est totalement incohérent par ses dimensions hors d'échelle avec la qualité paysagère de cette forêt remarquable du Morbihan à laquelle il porterait une atteinte irrémédiable, par sa nature et par les travaux d'infrastructures nécessaires. Au-delà même de la forêt, c'est l'ensemble du territoire environnant et son patrimoine rural, bâti et humain, qui serait bouleversé »

Le 26 avril 2014, à l'occasion de l'inauguration du parc éolien de Radenac, Monsieur le préfet du Morbihan déclarait à la presse locale : « il y a une vraie volonté de l'état de faciliter les projets éoliens dans le Morbihan, dont les parcs représentent 34% de la totalité existante en Bretagne ».

Il appartiendra au juge d'apprécier si tous les moyens sont bons pour imposer une telle concentration de machines dans le nord-est du département, au mépris de la qualité de vie des habitants, de la nature et des paysages.

 

    ACTUALITES - 27 Février 2015

L’association Vent de Forêt de Saint-Malo-des-Trois-Fontaines a tenu son assemblée générale le Vendredi 27 février 2015 à 20H00 à la salle de la mairie.

Présidée par Jean Elain, les rapports (moral, d’activités et financier) ont été présentés : l’association ne peut que se féliciter du refus de permis de construire du parc industriel prévu à Saint-Malo-des-3- fontaines et se refuse à croire que le préfet du Morbihan, contre ses services, a donné une dérogation pour détruire 60 espèces protégées d’animaux pour un projet de 17 éoliennes en forêt de Lanouée-Les Forges.

Ce projet qui commence par la destruction de 11h38 de forêt pour l’implantation des ces « gratte-ciels » pouvant culminer à près de 200m  impactera le biotope sur 330 hectares.

Outre les actions contre ce projet particulièrement néfaste et prédateur engagées devant le tribunal de Rennes au côté de la SPEFF, l’association a évoqué les autres projets qui s’annoncent dans la région pourtant déjà saturée.

L’association a notamment regretté le début des travaux du projet éolien de MOHON qui va prochainement venir balafrer  l'horizon de cette commune et des communes voisines.

De nouveaux membres sont venus dans le cadre d’élections constitutionnelles, rejoindre le bureau de l’association.

Vent de Forêt continue son rôle de lanceur d’alerte, de défense de la région et de ses habitants contre les dérives des lobbyistes du vent et ne manquera pas de se faire entendre et de communiquer ses actions.

Presse: article Ouest France

 

ACTUALITES - 25 Avril 2014

Inauguration du parc éolien de Radenac:

L'occasion pour le préfet, Jean-François Savy, de rappeler qu'« il y a une vraie volonté de l'État de faciliter les projets éoliens dans le Morbihan, dont les parcs représentent 34 % de la totalité existante en Bretagne ».

Dans la presse: "le préfet s'est  justifié de soutenir le projet prévu dans le massif forestier de Lanouée, sur la commune des Forges... de son propre aveu, contre l'avis de ses propres services."

Le préfet tout puissant, contre l'avis de ses propres services, impose son diktat et ne s'en cache pas.
Ne commet-il pas ici un abus d'autorité?